Aller au contenu principal
11.05

le front c'était mieux avant

flash-mx-le-front-cetait-mieux-avant

"Je vous parle d'un temps. Que les moins de vingt ans. Ne peuvent pas connaître … " : FLASH.
Alors que les grandes tendances front-end 2020 parlent de réactivité, serverless, WebAssembly ou encore WebGL, je vous propose de nous replonger dans le développement front-end quelques années en arrière. Pour quelles raisons? Redécouvrir quelques pépites certes, mais surtout comprendre l'héritage que nous avons su garder de cette époque et se projeter sur les évolutions de demain.

Flashback sur Flash

En 1993, Flash voit le jour. Il est le fruit de la fusion de 2 logiciels FutureWave et SmartSketch, créés par 3 personnes : Charlie Jackson, Jonathan Gay et Michelle Welsh. Il devient FutureSplash Animator en 1995.

Macromedia (1996) puis Adobe (2005) seront propriétaires de cet outil de création qui s’est enrichi  dans le temps autour d’un langage de programmation : ActionScript 1, 2 puis 3.

Il représente une grande révolution dans le monde du développement front-end. En effet, Flash demeure durant longtemps le seul moyen de créer des contenus multimédia riches, intégrés, animés et largement interactifs.

 

Flash représente alors le symbole de la créativité !

 

C’est l’époque de la course à la reconnaissance, une reconnaissance incarnée par le bandeau jaune du “Site of day” distribué par Rob Ford et son site thefwa.com. C’est le vrai début des sites d’Awards, passage obligé de toutes les agences créatives du monde.

 

Voici notre sélection de sites Flash incontournables :

  • 1997 : Gabocorp.com - Connu comme le 1er site Flash ! Son, animation, tout y est.

https://www.youtube.com/watch?v=9Y-ESJS911c

  • 2003 : Roadrunner par l'agence Fantasy Interactive: un portail full flash : recherche google intégrée, vidéo directement lisible dans le site, agrégation de données, animations.

https://vimeo.com/66674930

  • 2003 www.tokyoplastic.com - Animation flash, allié à des logiciels tels que Switft3D pour les exporter.

https://www.youtube.com/watch?v=rZ0YNDfEuJs&t=0s

 

  • 2008 www.ecodazoo.com  -  Un tour de force en 3D temps réel, sans accélération matérielle. C’est d’ailleurs le grand début des moteurs 3D pour le Web qui deviendront un large sujet de conversation entre 2006 et 2010

 

https://www.youtube.com/watch?v=vSqGU3CSbdc

 

Si la créativité n'a pas suffit à vous convaincre sur la force de Flash, ce dernier point mettra tout le monde d'accord: A l’époque, avec Flash, c'était surtout plus simple :

 

  • La compatibilité cross-navigateur n'était pas un souci … le lecteur Flash était disponible sur tous les navigateurs (sauf Linux) et Internet Explorer avait le monopole.
  • Le responsive n’existait pas, les smartphones non plus … ou peu ;)
  • L’accessibilité n’était pas adressée
  • Le testing était ultra simplifié vu le peu de devices disponibles
  • La sécurité des données n'était pas au centre des préoccupations
  • A l’époque, les graphistes faisaient du Flash, et les développeurs .. aussi !
  • Quel était le but des sites de l’époque ? Se montrer ou gagner de l’argent ?

 

Le débat n’étant pas sur le bien ou le mal de ces pratiques, force est de constater que c’était “simple”.

 

Une période de transition

Un idylle prend souvent fin. En 2010, Steve Jobs dévoile son avis sur Flash (https://www.apple.com/hotnews/thoughts-on-flash/) : 

  • Flash est un format propriétaire
  • pas de gestion du tactile sur Iphone
  • problèmes de vulnérabilité
  • consommation excessive de la batterie

HTML 5 est là, capable de fournir des expériences interactives riches. L’ascension de Flash prend fin et il ne sera officiellement plus maintenu par Adobe d'ici fin 2020.

Comme le dit Socrate " ce qui fait l'Homme, c'est sa grande faculté d'adaptation". Rapidement, les développeurs Flash se tournent vers HTML5.

Un retour en arrière au départ difficile à accepter pour les nombreuses agences et professionnels du secteur, une impression de régression dans la pratique.

 

L'héritage

Flash restera un des symboles de créativité digitale pour tous. Il laisse derrière lui un héritage graphique et technique qui aujourd’hui est à l’origine des plus belles avancées du web. D’un point de vue technique, ActionScript 3, la dernière évolution du langage de programmation associée à l’outil, reste à l’origine de concepts et de librairies, prémices de celles les plus utilisées aujourd’hui :

  • La programmation événementielle, concept de base d’ActionScript (lui-même basé sur EcmaScript … comme Javascript), ancêtre de la programmation réactive
  • AMFPHP, librairie basée sur le protocole AMF, dont l’objectif était de faciliter et standardiser les communications client-serveur …
  • C’est le début de l’utilisation des Mathématiques, de la trigonométrie pour les interactions et animations en temps réel ( easing, particules, …)
  • Les moteurs 3D : Papervision3D par Carlos Ulloa, Away3D, Flare3D, Alternativa3D, Five3D .. puis Stage3D. Un certain Mr Doob, Ricardo Cabello, est à l’époque un développeur Flash et travaille étroitement avec ces librairies. Demain, il sera à l’origine de ThreeJS, LE moteur 3D actuel en javascript.
  • La naissance des Single Page Applications (SPA). Finalement, tout site en Flash était une SPA ! On travaillait aussi le référencement avec SWFAddress, son mécanisme de deep linking, et le dynamic serving.
  • Tweemax, une librairie d’animation est née de Jack Doyle, en Flash. Il la portera ensuite en Javascript, ce qui lui donnera sa renommée actuelle (la version 3 est d’ailleurs disponible depuis fin d’année 2019)

 

Pour conclure

Le web évolue sans cesse et a énormément évolué depuis le temps de Flash.

Réinvente-t-on la roue ? Ne fabrique-t-on pas la même chose qu’il y a 10 ans en Flash ?

Non, car les contraintes et les enjeux évoluent. Les agences et les développeurs adaptent leur production de contenus digitaux pour fournir une expérience toujours plus riche, plus adaptée à un toujours plus grand nombre d’utilisateurs, de matériels et de clients.

L’objectif reste le même : produire du sur-mesure esthétique tout en restant performant.

Chez WIDE, nous sommes convaincus que cette excellence créative et technique doit demeurer omniprésente dans nos réalisations. Les réflexions sur les performances des interfaces sont aujourd’hui essentielles et doivent être portées par une approche créative et interactive forte.

We Create Continuous Relationship Experiences ! 

Rencontrons-nous!