Contact

Instagram TV, l'avenir de la télévision ?

La TV tente depuis plusieurs années de se réinventer pour toucher les plus jeunes qui délaissent la grande lucarne plate au profit des smartphones. Formats plus courts et fun, utilisation des influencers et création de web-série montrent l’intérêt des acteurs de la TV pour toucher cette cible prescriptrice.

La surconsommation de la vidéo sur les réseaux sociaux, qui fait le bonheur des médias numériques comme Kapaw, est une problématique qui n’est pas encore résolue pour les chaînes historiques. Certes de nouvelles initiatives comme Nouvo ou TATAKI viennent jouer sur le terrain des plus jeunes, mais ceux-ci sont limités compte tenu des plateformes mères.

Un nouveau cadre, une nouvelle opportunité
Le lancement de IGTV (Instagram TV) va-t-elle redistribuer les cartes ? Le nouveau service d’Instagram (groupe Facebook) permet désormais de créer des programmes vidéo d’une heure. Fort de son milliard d’abonnés, la plateforme promet succès, notoriété et visibilité aux créateurs de contenus. Et c’est ici que cela devient intéressant.

Les chaînes historiques n’ont-t-elle pas tout à gagner à créer des programmes dédiés à ce nouveau format sous son propre marque ? Si les jeunes ne regardent plus la TV, ils vont clairement utiliser IGTV et donc consommer du contenu vidéo. Après YouTube, voici qu’Instagram peut également rafraichir l’image du cube cathodique et toucher les Millennals si chers aux annonceurs.

 

La nécessité de créer de nouveaux contenus
Le cadre d’IGTV est simple : 1h de vidéo maximum en verticale. Ne nous voilons pas la face, le temps n’est pas encore arrivé où les jeunes viendront regarder 1h de programme. Néanmoins, le terrain de jeu est encore vierge. C’est le moment de tester des programmes novateurs, à consommer à l’emporter.

Il ne faut pas avoir peur. Il faut aborder ce sujet comme une ouverture et une opportunité unique et ne pas hésiter à concevoir du contenu ou à diffuser du contenu existant en guise de tests. Le succès ne viendra pas immédiatement, mais les programmes qui émergeront seront ceux qui auront trouvé la bonne tonalité.

 

Investir mieux et pas forcément plus
On le sait produire des programmes vidéos coûte cher. Avec les nouveaux moyens de création, l’accessibilité aux technologies, l’affirmation n’est plus si vraie. Les démarches d’investissement doivent changer. Ainsi au lieu de produire un programme à la hauteur de CHF 100’000  ne vaut-il pas mieux investir cette même somme dans 5 programmes à CHF 20’000 ? 5 fois plus de chance de réussir, d’attirer l’attention, de créer une relation forte avec les jeunes,

Il y a quelques années du syndrome de la télécommande et la multiplication de l’offre, notamment via le câble, ont fait peur aux chaînes. Le mobile et les plateformes sociales sont venus ensuite détourner le jeune public. Malgré la lourdeur de la production broadcast, le monde de la télévision a commencé à s’adapter. L’ IGTV n’est qu’un outil de plus qui ne fait que confirmer la règle :  le contenu est la source de toute attention. Raison pour laquelle les professionnels se la communication se doivent de comprendre et tester tous les supports.